@ Brest

Relier et partager autour du web

Ils s’élèvent dans le domaine public en 2017

Le 1e janvier est toujours une date très symbolique pour le collectif savoirsCom1 et pour la diffusion des connaissances puisque un certain nombre d’œuvres et de créations deviennent accessibles librement à l’humanité tout entière en s’élevant dans le domaine public. Elles prennent le statut de « patrimoine commun ».

 Cette date est l’occasion de réécouter la parisienne libérée :
 

Chaque année, le 31
Le domaine public est en joie
Des milliers d’œuvres sont soudain
Libérées de leurs ayants-droits

Elles s’offrent à tous les passants
Avec un sourire sympathique
Elles s’offrent à tous les talents
A toutes les fibres artistiques

Feuilleter, interpréter

Rééditer, contempler,
projeter, coloriser,
Partager, télécharger


Sans demander la permission
Nous sommes enfin autorisés
A poursuivre la création
Que d’autres avaient commencée

Et même si nous n’avons rien
Nous voilà riches, tout à coup
Millionnaires en biens communs
Le domaine public à nous !

Imiter, représenter
Adapter, parodier,
imprimer, rediffuser,
Mashuper, copier-coller

Trop souvent copyfraudé
Sans qu’on songe à protester
Confisqué, privatisé
Le domaine public est pillé

Interdit de photographie
Interdit de reproduction
Consultable oui, mais pas gratuit
Ou en basse définition

Exposer, interpréter,
Streamer, Détourner,
Combiner, citer, sampler,
Restaurer, remixer

Le droit d’auteur a bon dos
Les éditeurs savent cela
Combien de Victors Hugos
Vivent aujourd’hui au RSA ?

Le droit d’auteur oui bien sûr
Mais pas celui des grandes fortunes
Ces sociétés qui capturent
Les auteurs à titre posthume

Orchestrer, saturer,
Enseigner, transposer,
Écouter, numériser,
Jouer, gifanimer

Ce soir c’est le réveillon
Des œuvres célèbres ou inconnues
S’affichent enfin sans façon
Elles se baladent dans la rue

Bibliothèque fantastique
Muséum à portée de clic
Infinie boite à musique
Bienvenue dans le domaine public !

Pour la 5e année consécutive le collectif SavoirsCom1 a proposé tout au long du mois de décembre un calendrier de l’avent du Domaine public.
calendrier
Cette année encore ce sont donc 31 auteurs qui ont été découverts au jour le jour, auteur(e)s qui voient leurs œuvres s’élever dans le domaine public à compter de ce 1 janvier 2017.
 
Voici la liste complète :
  • HC Wells
  • Francisque Poulbot
  • Emilie gourd
  • Pierre Mercure
  • Gerhart Hauptmann
  • Alexander Alekhine
  • L’Internationale
  • Helene Schjerfbeck 
  • Bhimrao Ramji Ambedkar
  • Ernest Thompson Seton
  • Oswald Pilloud 
  • Helen Bannerman 
  • John Meynard Keynes
  • Paul Langevin 
  • Marguerite Delorme
  • Paul Langevin
  • William Joyce
  • László Moholy-Nagy 
  • Louis Bachelier
  • Gertrude Stein 
  • John Logie Baird
  • W. C. Fields
  • Dion Fortune
  • Lao She
  • Alfred Stieglitz 
  •  Booth Tarkington
  • Jeanne Lanvin 
  • Cécile Brunschvicg 
  • Léon Spilliaert
  • Nusch Eluard 
  • Paul Nash
  • Sergei Korolev
 

Pour autant, il ne s’agit bien entendu pas là de tous les artistes. (voir la liste des sources utilisées sur cet article du 30 novembre 2016).

Pour les années précédentes, vous pouvez consulter les calendriers :

2016 : http://www.aventdudomainepublic.org/?date=2015-12-31

Maurice Ravel, Christophe, Voline, John R Commons, Adalimumab, Presse de 1945, Joseph Capek, Edogawa Ranpo, Muhammad Mandur, Kathe Kollwitz, Claude Gaillard, Juni’ichiro Tanizaki, Dietrich Bonhoffer, Franklin Roosevelt, Pierre Drieu La Rochelle, Franz Werfel, Adolf Hitler, Thomas Hunt Morgan, Geaorge Patton, Emmanuel Bove, Félix Salten, René Lalique, Ernest Pyle, Alfred Douglas, Paul Valéry, Isidore Odorico, Robert Mallet-Stevens, Vincent d’Indy, Anne Franck, Happy Birthday et Otto Neuvath

2015 : http://www.aventdudomainepublic.org/?date=2014-12-31

Edward Munch, Jean Giraudoux, Serguei Prokoudine-Gorski, Fanny Clar, Ottorino Respighi, Mathilde de Morny, Georges-Louis Arlaud, Filippo Tommaso Marinetti, Paul Otlet, Lucienne Heuvelmans, Alexis Carrel, Carmen par Maria Callas, Glenn Miller, Edward Johnston, Romain Rolland, Piet, Mondrian, Noor Inayat Khan, Paul Poiret, Felix Fénèon, André Dewambez, Milena Jesenska, Charles Diehl, Yvette Guilbert, Selfie Monkey, Giovanni Mataloni, Josette Clotis, Aristide Maillol, William Heath Robinson, René Daumal et Vassily Kandinsky

(Antoine de Saint Exupéry lui n’est pas rentré dans le domaine public en France)

2014 : http://www.aventdudomainepublic.org/?date=2013-12-31

Chaim Soutine, Victor Segalen, Béatrix Potter, Alban Berg, Frances Hodgson Burnett, Henri Focillon, Hans et Sophie Scholl, André Antoine, Otto Freundlich, Whitney Warren, Alexandre Millerand, Max Reinhardt, Vittorio Sella, Thomas « fats » Waller, John Harvey Kellogg, Marcel Martinet, Maurice Denis, Jane Avril, Paul Dukas, Kostis Palamas, Woodbridge Strong Van Dyke, Simone Weil, David Hilbert, Serguei Rachmaninov, Robert-Antoine Pinchon, Sophie Taeuber-Arp, Knight Eric, Henri Martin, Nicola Tesla

Nos homologues québécois ont produit de leur côté une très belle édition de leur calendrier, qui rappelons le prend en compte le droit en vigueur au Canada, à savoir 50 ans après la mort de l’auteur

 

calendrier canadahttp://aventdudomainepublic.ca/calendrier/2017/
 
Pendant ce temps, aux Etats-Unis aucune œuvre qui ne rentre dans le Domaine Public à cause du Mickey Mouse Act, loi américaine d’extension du terme des droits d’auteur (Copyright Term Extension Act). « Cette loi a pour effet de geler les dates d’entrée dans le domaine public des œuvres aux États-Unis. Ainsi, aucune des œuvres créées après le 1er janvier1923, et qui auraient dû entrer dans le domaine public en 1998, ne le seront avant 2019. Ce n’est aucunement rétroactif pour les œuvres déjà dans le domaine public, mais ce l’est dans le sens que toutes les œuvres produites depuis 1923 (basé sur la date de parution) sont « protégées » (protection des droits d’auteur) de 20 ans supplémentaires. » (Wikipédia)
 
Au contraire en France, de belles initiatives ont fleuri. C’est déjà le cas avec cet exemple d’affiches proposées par deux professeurs documentalistes Cyrille Delhaye et Erwann Lepoittevin. Il s’agissait d’initier une réflexion auprès des élèves de leur établissement et plus largement de la communauté éducative autour des communs de la connaissance en s’inspirant des travaux de savoirsCom1. 
 
Via un article de SavoirsCom1, publié le 11 janvier 2017
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Téléphérique Brest
par juleg29
Creative Commons BY-NC-SA