@ Brest

Relier et partager autour du web

Controverse Décodex : et si on pensait la qualité de l’information comme un Commun ?

Décodex est une boîte à outils proposée en accès gratuit depuis le 1er février 2017 par Les Décodeurs, rubrique du site lemonde.fr. Elle vise à permettre aux internautes de distinguer les sites d’information fiables de ceux qui ne le sont pas, à l’aide d’une classification selon plusieurs critères (voir plus bas).

Sont concernés les sites, blogs, sites de presses mais aussi les comptes Youtube ou Twitter. Les internautes sont mis à contribution pour répertorier les sites avec la possibilité d’envoyer une requête aux Décodeurs, ce qui place le projet dans une « démarche citoyenne » mais aussi d’éducation aux médias pour tous et dans les écoles. A noter que ce projet est financé par le Fonds pour l’innovation numérique de la presse (« Fonds Google »).

Sont ainsi proposés :

  • un plugin (extension) pour les navigateurs Chrome et Firefox qui installe un petit logo « D » dans la barre de navigation qui change de couleur et en explicite les raisons avec description du site,
  • des articles pédagogiques sous forme de kit à destination des enseignants avec une compilation de conseils, dessins, cas pratiques et exercices.

Au moment du lancement, ce sont déjà près de 600 sites qui ont pu être classés, parmi lesquels des sites « majoritairement français mais aussi anglais et américains et quelques allemands, avec cinq niveaux de fiabilité, repérés par cinq couleurs ».

  • Les sites « plutôt fiables » qui se montrent « mesurés » et « transparents » sont en vert.
  • Les sites « militants » ou « insuffisamment précis », et qui « ne vérifient pas » ou « ne précisent pas » leurs sources se voient attribuer la couleur orange.
  • Les sites « participatifs » pour lesquels la « fiabilité [est jugée] trop variable » (Wikipédia ou les comptes des réseaux sociaux par exemple) sont de couleur grise.
  • Les sites « satiriques ou parodiques », « à lire au second degré » sont repérés par la couleur bleu.
  • Enfin, en rouge, ce sont les sites qui « diffusent régulièrement de fausses informations » ou « des articles trompeurs ».

Parmi les critères retenus on trouve : 

  • le respect des règles journalistiques (croisement des sources, vérification, etc.)
  • la présence ou le manque de sources,
  • la référence à une seule étude scientifique,
  • la rectification des erreurs lorsqu’elles sont identifiées,
  • la distinction entre un éditorial/ tribune aux analyses subjectives, et des articles purement factuels,
  • le signalement des positions partisanes affirmées sur certains sujets qui ont déjà conduit à des erreurs.

Quelques éléments de débats avec cette carte des articles parus autour de la mise en ligne de Décodex

Nul ne contestera que les enjeux de l’évaluation de l’information sont de plus en plus importants et que l’outil peut avoir un réel intérêt pédagogique en contribuant à développer chez les internautes une attitude critique et une culture de l’information.

Pour autant, il semble essentiel de ne pas s’en tenir au seul jugement des Décodeurs (juge et partie parmi les sites de presse) et de développer une réflexion sur le principe même d’une labellisation des sites. L’éducation à l’information ne peut pas être accaparée par un seul journal, aussi légitime soit-il, alors que de nombreux acteurs (bibliothécaires, journalistes, professeurs documentalistes, enseignants, modérateurs, etc.) détiennent des compétences en la matière et pourraient mettre en commun cette culture informationnelle. À l’instar du Monde, on peut aisément imaginer que d’autres proposeront leur propre système d’évaluation – servant leurs propres intérêts –, qu’il s’agisse de plates-formes privées comme Facebook, des conspirationnistes eux-mêmes ou de l’État, qui trouverait là un moyen de restaurer une régulation par en haut de l’Internet.

Plus fondamentalement, c’est méconnaître les mécanismes mêmes de l’information que de prétendre automatiser et uniformiser son évaluation. Les indicateurs sont utiles à condition qu’ils puissent être contextualisés, discutés… et contournés. L’information doit toujours être rapportée à un régime d’autorité particulier, à des connaissances, des croyances ou des consensus localement ou socialement situés, et c’est cet environnement que l’intelligence collective peut mettre en évidence, contre l’illusion d’une fiabilité immanente. Le fait d’établir un critère global de fiabilité au niveau des sites est par ailleurs discutable, car cela peut dépendre des articles et de la qualité de chaque contribution.

Pour parer les risques évidents de censure ou de conflits d’intérêt, il serait préférable de penser en termes de convergence pour favoriser l’émergence d’une communauté citoyenne de vigilance. La qualité de l’information constitue un Commun, qui nécessite en tant que telle une gouvernance par les communautés qui la construisent et l’entretiennent. Le collectif SavoirsCom1 invite donc à considérer la question sous l’angle des Communs de la connaissance. 

L’exemple de Wikipédia montre qu’un espace de publication qui s’est organisé comme un Commun résiste mieux aux fausses informations (voir ici et ).

À l’inverse, le phénomène des fake news correspond en ce sens à une forme de tragédie des communs, qui ressemble à celle que peuvent subir la haute mer ou l’atmosphère. Certains acteurs ont intérêt à faire du « dégazage sauvage », en répandant des pollutions informationnelles. Comme l’explique Evgeny Morozov, ce phénomène est amplifié par le fonctionnement même des grandes plateformes, et notamment par le modèle publicitaire sur lequel elle repose. Obéissant aux principes de l’économie de l’attention, le capitalisme cognitif n’a objectivement aucun intérêt à participer à l’amélioration de la qualité de l’information.

Mais il ne suffit pas de faire communauté sur Internet pour garantir que les pratiques collectives contribueront à la qualité de l’information. Sur Wikipédia, ce sont les règles mises en place (notamment le principe de neutralité de point de vue, ainsi que les procédures de discussion et de résolution des litiges, qui donnent à la communauté sa résilience particulière aux fake news. Là où d’autres espaces de sociabilité en ligne, organisés selon des principes différents, contribuent au contraire à l’amplification du phénomène.

En vue de favoriser l’émergence d’une telle communauté de vigilance informationnelle autour du Décodex, le collectif SavoirsCom1 préconise donc :

  • que les outils de vérification soient toujours eux-mêmes vérifiables (pas de boîte noire),
  • que les règles de contribution et de régulation soient clairement énoncées et toujours susceptibles d’être mises en discussion,
  • que les sites évalués puissent faire appel de leur évaluation en démontrant leur mode d’élaboration ou de transmission de l’information,
  • que les acteurs tirant profit de la diffusion de l’information (organes de presse ou prestataires de services informationnels) contribuent d’une manière ou d’une autre au développement d’une politique publique d’éducation aux médias et à l’information de tous les citoyens.

 

Via un article de SavoirsCom1, publié le 10 février 2017
©© a-brest, article sous licence creative common info
flickr
Cérémonie de remise des diplômes, 11 mars 2017
par IMT Atlantique
Creative Commons BY-NC-SA